Interclubs, un parfum inimitable... 136

et toujours ce même climat si particulier qui font de ce rendez-vous un événement spécial et marquant dans la saison. Ce dimanche 7 mai, c'était Caen sur le beau stade d'Hélitas qui nous accueillait et, la météo clémente aidant, l'ambiance a été très agréable, avec les joies et les quelques déceptions coutumières. Mais si certains athlètes ont pu connaître des revers, c'est dans un excellent esprit et avec une grande solidarité que tout le groupe a pu se dépenser et lutter sur le stade, en se dévouant avant tout pour le club. Et si un rabat-joie pourrait regretter le fait que notre total (31 098 points) n'a jamais été aussi bas depuis la naissance du MACS en 2007, la cohésion et la volonté de cette équipe très jeune en moyenne a fait plaisir à voir.

Certes, ce ne fut pas un panier d'oeufs mais bien un collier de perles: pas moins de quinze zéros dans le résultat final ! Beaucoup dus à des absences, et quelques-uns sur le terrain: ce doit être un record ! C'est ce qui explique le total, comme aussi une composition d'équipe très jeune et donc souvent inexpérimentée. Sur les 38 personnes classées, pas moins de 24 (soit 63 %) sont des cadets-juniors ! Mais ce premier tour a par là même des bons côtés: de jeunes athlètes responsabilisés et confrontés à une concurrence parfois de haut niveau, de l'expérience acquise dans le "grand bain" et des tests sur des épreuves inattendues qui peuvent créer des vocations... Et puis un second tour où les renforceront une dizaine d'éléments indisponibles ce dimanche, mais avec une ossature déjà solide; on pourra réajuster certains choix ou "soulager" quelques-un(e)s qui ont accepté sans rechigner de participer à une discipline qui les inspirait peu ! En tout cas, une expérience fort utile, comme gérer les épreuves simultanées, ou relativiser: ainsi de nos sprinters garçons surclassés sur 100 m, mais par les Caennais THORAVAL et BADRU, qui en 10''39 et 10''42 se situent dans les dix meilleurs coureurs français seniors, avec 1076 et 1066 points à la clé. Ne l'oublions pas: chaque point vaut de l'or; on se rappelle par le passé une victoire se jouant à 30 points, et un maintien assuré à... 8 points près, soit trois centièmes sur 100 m !

Quant aux résultats du MACS, commençons par les meilleurs scores, et cette année encore c'est Constance LEBAS qui se met en évidence: avec peu de préparation, elle réalise 11 m 30 au triple saut et obtient 844 points à la table, le meilleur score de la journée. Elle gagne aussi sur le total à deux épreuves, car un 100 m haies un peu laborieux sur la fin mais encore vif à 17''35 lui donne 636 points, d'où un total de 1480 ! On n'oublie pas son énergique premier relais sur 4 x 400 m  et cela va l'encourager à s'investir à nouveau si son travail lui en laisse le temps. La deuxième meilleure performance est à l'actif de Maxime FRERET, qui lance son javelot à 61 m 66 et marque 841 points; encore une très bonne performance qui confirme s'il en était besoin qu'il a passé un cap cette année. Maxime assure aussi un 65''13 courageux sur 400 m haies, mais sur deux épreuves (1340 points) il est devancé par d'autres athlètes également inspirées. Loïeza LE DEVEHAT toujours affûtée sur 200 m débute sa saison d'été par un bon 27''62 sur 200 m et saute 4 m 81 en longueur, engrangeant 1459 points pour le club et elle aussi participe au relais 4 x 400, tandis que Cerise COUTARD, dispensée de ce ''plaisir'' car cadette, ramène 1422 points dans la cagnotte grâce à 1 m50 en hauteur et 2'30''03 au 800 m, deux performances de bon calibre dès le mois de mai. En masculins, derrière Maxime on trouve à ce jeu Jules JOURNOUX très incisif sur 800 m (2'00''32) et en progrès en longueur (5 m 38) qui marque 1334 points, et un autre FRERET: Alexandre qui, à sa surprise et à celle de quelques-uns, opère une très probante ''rentrée''. Malgré une expérience certaine mais qui commence à dater, il parvient néanmoins à parcourir son ''4H" en 60''83, à moins de quatre dixièmes de son record, et il réalise 12 m 06 au triple saut (au total 1305 points); comme quoi même à son âge il a encore un bel avenir ! Les deux derniers cités participent au 4 x 400 masculin qui termine en un très honnête 3'43''68, les filles étant chronométrées en 4'45''15 (et les deux relais 4 x 100 pas chronométrés du tout !).

Dans cette équipe très jeune, nombre d'entrées dans la carrière valeureuses et courageuses. Sur 100 m , Mathieu LENORMAND découvre le niveau cadet et senior en 12''13, un bon début malgré le stress de l'enjeu. De même Lina DEGRAVE-TSAROPOULOS, elle aussi cadette 1, confirme les attentes avec un 200 m accompli en 29''26; complété par 4 m en longueur et c'est 1163 points en deux coups ! Lena LECLUZE apporte sa contribution sur 800 m (3'10''28), comme Ninon JEANNE, qui assure 5'33'73'' au 1500 m: 570 points utiles, tout comme les 361 qu'elle collecte avec un modeste 1 m 10 en hauteur. Aux interclubs il n'y a pas de petit résultat et tout est bon à prendre ! Même constat en lancers où Lou BOISLORET (15 m 66 au disque), Solenn TIREL (16 m 62 au disque et aussi 15''09 au 100 m), Eytan GIRARD (19 m 76 toujours au disque) ainsi que Flore BRAULT (13 m 80 au marteau) contribuent au pot  commun. Plus de ''chance" peut-être pour d'autres débutants, qui concourent sur des disciplines plus proches de leurs points forts: c'est le cas d'Antoine LETOUZEY bien emmené par Tom LECANU sur 1500 m . Le premier termine en 4'35''00, le second en 4'33''92, deux temps de bon aloi pour des habitués du long. En demi-fond également, Lola YON maîtrise difficilement une allure nouvelle pour elle sur 3000 m , et pourtant elle boucle son parcours en 11'43''83: 625 points qui récompensent une belle entrée en matière (avec en plus 7 m 79 très utiles au poids). De même pour Camille AIMARD qui conclut quasiment au sprint un intéressant 3000 m en 10'17''50, après avoir été mis sur les rails par ''l'ancien" David CHAUVIERE; celui-ci ne peut suivre Camille sur la fin, mais améliore son record personnel en 10'25''22. Sans doute intimidé en étant le seul cadet dans un concours qui grimpe jusqu'à cinq mètres, Gabin GUERAND franchit 3 m 40 à la perche,et gagne une expérience qui lui sera toujours profitable, sans compter qu'il n'est pas loin du frère aîné Baptiste GUERAND, lequel ne passe que la hauteur du dessus (3 m 60)...

Les plus expérimentés montrent en effet souvent la voie, et quelques-uns nous sont revenus à la satisfaction générale. On pense en particulier à Bertrand SAVARY, qui retrouve des ambitions sur la piste après une longue interruption; mais il a la condition, et ses 2'01''33 sur 800 m le prouvent sans aucun doute: son temps pourrait constituer un nouveau record de Normandie masters 45, et il améliore de dix secondes le record du club vétérans ! Charles GODIN, moins à l'aise car un peu à court de technique, n'en assure pas moins 11 m 63 au triple saut et 58''51 au 400 m: avec un peu d'affûtage... Et certains jeunes plus ''capés'' s'affirment: Emma SIMON qui produit un 64''32 prometteur sur 400 m et lance le javelot à 25 m 96, sa camarade Capucine LERAUX qui la devance au lancer (27 m 08) et court le 100 m en 16''30. Giulia LENOEL-TOMAT inaugure sa carrière sur 400 m en 1'12''56, encourageant quand on sait qu'elle n'y était pas préparée et qu'en plus elle a connu des soucis physiques cet hiver qui l'ont empêchée de bien s'entraîner jusqu'à récemment. Astrid ALLIX maîtrise une barre à 2 m 40 à la perche et découvre le marteau de 4 kg (17 m 55 quand même). Chan DUTEIL parvient à assurer à la force du jarret 55''57 au 400 m, et surtout il bat son record personnel au javelot: ses 53 m 30 ajoutés au meilleur jet de Maxime font de ce lancer la meilleure épreuve pour nos couleurs ce dimanche: 1564 points, une belle moyenne ! Quant à Louis SAOUL perturbé et lésé par la simultanéité de la hauteur et du 100 m (12''43), il est déçu par ses 1 m 75 et un concours tronqué, mais les sensations retrouvées sont riches d'espérance pour une saison estivale qui débute à peine. Et quelle vitalité que celle de Tom LEGRAVEREND, qui dépasse les dix mètres (10 m 34) au poids seniors alors qu'il n'est que junior 1 et donc lance en principe le 6 kg; avec 1 m 65 en hauteur, c'est presque 1200 points pour l'équipe, et des capacités multiples précieuses pour optimiser une équipe. Manolo BLIN placé sur 200 m commet une erreur de débutant en finissant sa course en "roue libre", d'où un 26''48 perfectible; il réussit 5 m 54 en longueur, et donc n'est pas sur sa spécialité, le javelot, où les places sont chères... Dans la série "vieux briscards", Quentin DELAROQUE lui aussi lanceur de javelot est de même mobilisé ailleurs: ses 24 m 95 au disque et 27''75 au 200 m sont donc méritoires. Plus dans "leurs cordes", Mareva GODEFROY (7 m 88 au poids) et Andy DELAUNAY (8 m 02 lui aussi au poids) remplissent leur contrat; Frédéric JORET est dans ses eaux habituelles au 5000 m marche (34'55'15). Et le "pilier" (dans tous les sens du terme !) Stanislas PREVOST remporte une probante victoire au marteau, avec la manière. Qu'on en juge: trois essais à plus de 46 m, dont 47 m 82 et 47 m 98, sur quatre essais. Il est maintenant régulier à ces distances, et on attend avec lui et avec impatience le moment propice où il va dépasser les 50 mètres, ce qui a de bonnes chances de se produire cette année d'un avis unanime; ce ne serait que mérité.

Terminons par un épisode regrettable, alors que la performance logiquement attendue aurait dû placer cette athlète en tête d'article: la disqualification de Cléa FENOUILLERE. Juger est un art difficile, en particulier à la marche, où appliquer le règlement relève parfois de la gageure et met quelquefois en jeu comme une ''intime conviction''. Néanmoins on ne peut qu'être étonné du fait que Cléa, certes cadette mais déjà très expérimentée, habituée à des compétitions nationales où elle est en général peu voire pas sanctionnée pour sa technique, ait obtenu trois pénalités au 3000 m marche. De plus, alors qu'aujourd'hui le règlement général de la marche permet après trois ''cartons rouges'' d'être pénalisée avec un arrêt de 30 secondes dans une zone dédiée, aux interclubs cette règle ne s'applique pas ! Pour corser le tout, la disqualification est survenue à environ 100 mètres de l'arrivée, après 2900 m de parcours : une situation bien cruelle... Même si encore une fois c'est ardu d'évaluer le respect du règlement dans cette discipline, les athlètes peuvent attendre un minimum d'objectivité à l'égal des autres épreuves, ou en tout cas espérer de pouvoir comprendre les décisions des divers jurys, sinon cela finit par tenir de la loterie ! Précisons cependant qu'un premier avertissement a pu déstabiliser Cléa, laquelle a voulu modifier sa technique ce qui a pu jouer à l'inverse, que comme le règlement le précise trois juges différents ont jugé, et que ces juges étaient diplômés. Et soyons sûrs que notre jeune marcheuse, dont on connaît le caractère résolu (et qui malgré l'amertume s'est comportée avec la retenue qui s'impose), saura rebondir avec vigueur et efficacité après cette déception. Cléa a tout l'avenir devant elle, tout comme sa soeur Thaïs dont on espère le retour prochain: Céline FENOUILLERE, la mère, a assumé le second poste (20'45''80 sur ce 3000 m) mais laissera volontiers sa place comme on peut le supposer.

Une journée bien remplie et riche d'émotions pour tout le monde, les athlètes comme les officiels ! Car la délégation du MACS c'était aussi sept personnes assignées au jury: Sylvain COLLETTE, Thierry DESVALLEES, Angélique JORET-WEISS, Patrick LEROUX, Jean-Luc WEISS, et plus fort deux athlètes-officiels qui ont eu de quoi s'occuper ce dimanche: Céline FENOUILLERE et Maxime FRERET ! Quant à ceux qui n'étaient pas sur la feuille d'équipe ou la liste du jury, ils ont pourtant sillonné le terrain en tous sens: Fabrice BARBEY et Laurent DUTEIL les entraîneurs n'ont pas ménagé leurs efforts et leurs conseils pour aiguiller et aiguillonner tous les membres de l'équipe ! Rendez-vous dans quinze jours pour le second tour, peut-être à domicile à Coutances.

 Camille AIMARD a lâché David CHAUVIERE et se prépare pour un sprint endiablé sur le 3000 m; droits photo Maxendre LUCAS Caen

 Tom emmène Antoine qui l'a en point de mire, derrière le coureur de Lisieux

 

 

 

Partenaires