le parfum de la compétition ! 24

 

la compétition de ce samedi 8 mai n’était qu’une animation organisée seulement pour nos athlètes, en vertu des règlements actuels de la FFA dictés par l’épidémie (laquelle n’est pas encore finie…). Pour autant, quel plaisir grisant de retrouver l'ambiance de championnat, et avec le beau temps qui plus est ! La découverte d’un autre cadre que celui de l’entraînement a permis à nos plus jeunes de voir comment se passe un  vrai concours de saut ou de lancer, une expérience qui sera sûrement utile lorsque recommenceront les “vrais” championnats; un jury qui se voulait didactique mais ne laissait rien passer  était là pour cette initiation au grand bain. Et certains de nos athlètes expérimentés en ont aussi profité pour regoûter à la stimulation que procurent les conditions spéciales d’une compétition. Quatre concours (poids, javelot, hauteur, longueur) et pour cette fois pas de course, car pas de chrono électrique; mais il se dit que plus tard...

Ainsi, les cadets et leurs aînés ont montré la voie aux benjamins-minimes, suscitant intérêt et admiration. C’est au javelot que les performances ont été les meilleures, avec deux athlètes lançant à un niveau national. Maxime FRERET accomplit une belle série en seniors: cinq jets à plus de 58 mètres, et une conclusion à 60 m 45 au niveau IR1, frôlant le palier N4 qui est à 61 m; voilà une saison qui commence en pointe ! Encore mieux, Manolo BLIN, cadet première année, montre d’excellentes dispositions: plus de 50 mètres dès le premier essai, et un meilleur à 53 m 46, qui l’aurait placé neuvième au bilan national l’an dernier et seizième en 2019 (dernière référence “normale”). L’un comme l’autre débutent en fanfare dans leur catégorie, et c’est donc extrêmement encourageant.

En hauteur, deux bonnes performances également pour Marion LARSONNEUR, 1 m 55 pour sa rentrée, et un Louis SAOUL surmotivé qui améliore son record personnel en franchissant 1 m 75. Charles GODIN ne démérite pas, qu’on attend aussi sur les courses dans la suite, et qui pourrait suivre Louis sur des épreuves combinées. Mentionnons également Baptiste GUERAND, lequel convalescent se cantonne au poids, mais avec un jet intéressant de 10 m 83, qui lui garantit une place (une de plus !) aux interclubs !

Mais le plus évident est le potentiel que révèlent les résultats de tous nos plus jeunes, volontaires, à l’écoute des conseils, et qui ont réalisé une gerbe de belles performances. Faustine OLLIVIER en benjamines lance le poids à 10 m 44, ce qui améliore virtuellement le record du club d’une certaine Mado HUE, une référence. Avec en plus 4 m 30 en longueur, elle peut déjà rêver à des podiums régionaux. Cerise COUTARD, Maelys GODEFROY et Anaïs MARTIN sont prêtes à briller en minimes, et à reformer une équipe qui a connu de la réussite depuis deux ans; les deux premières pensent aussi à leurs prochaines courses, et on attend avec impatience les triathlons! Cléa FENOUILLERE est devancée de 9 cm au javelot par Lise GRANDIN: une saine émulation, et là aussi avec les points des courses, de bonnes choses à venir. La première est déjà un autre pilier de l’équipe minimes, la seconde se pose en titulaire pour une place en benjamines, Camille RENARD pouvant poursuivre le même objectif. En tout cas, il reste pour beaucoup une marge de progression: Capucine LERAUX déjà à 23 m 63, Maxence PELTIER cherchant ses marques (mais 30 m quand même), Pierre BRIARD auteur d’un 26 m 40 qui vaut 30 points à la table, et nombre d’autres qui poussent derrière ! Mareva GODEFROY se rappelle aux cadres, avec un probant record à 8 m 40 au poids cadettes. En sauts également, Timothée LAORDEN-MAUGER presque à 5 m en minimes 1, ainsi que Noé CARBONEL, Maël LARSONNEUR, Jules BRIARD, Stanislas BAIX, autant de benjamins prêts à former une équipe que le club attend depuis plusieurs années. Les filles aussi ont testé leur forme, Giulia LENOEL-TOMAT et Norah MARI oubliant le distanciel pour un concours bien réel, tandis qu’Inès PELTIER s’essaye au poids minimes (passer de 2 à 3 kg, pas facile).

Un enthousiasme plaisant de tous ces athlètes, partagé par les cadres qui ont fait “tourner” les épreuves. Céline FENOUILLERE à la préparation des épreuves, Fabrice BARBEY distribuant le matériel, jugeant un peu partout, encourageant un peu tout le monde, Jean-Luc WEISS et Patrick LEROUX à la manoeuvre, aidés par quelques jeunes, le soutien par la voix étant assuré par les entraîneurs Laurent DUTEIL et Fabrice GUEZAIS. Saluons pour finir la présence généreuse et fort utile de deux de nos camarades saint-lois, Maurice PERRINES et Michel BERTAUX, qui ont passé leur après-midi à juger et ont ainsi permis de valider toutes les performances des jeunes du MACS !

Partenaires