Hugo aux France en salle 36

 

enfin, après une année où l'épidémie l'a privé de France de cross puis de France en plein air, Hugo CHAUVIERE va avoir droit à un premier championnat national ! Un honneur amplement mérité tant par son très important travail à l'entraînement que par les performances qu'il a déjà accomplies.

Ce sera sur ces prochains France en salle décriés par beaucoup, car réservés sur injonction du ministère des sports aux athlètes listés haut niveau (ben oui, la Fédération Française d'Athlétisme n'est apparemment pas maîtresse des championnats de France d'athlétisme !), et donc interdits à nombre de ceux ou celles qui auraient pu y accéder ou en tout cas y prétendre. Il va de soi que les risques infectieux interdisaient d'inviter le nombre habituel de participants, et on comprend que la joie d'assister à une compétition nationale sera courte et sélective: seul l'athlète et son entraîneur dûment homologué pourront se présenter, et seulement pour une demi-journée... Espérons aussi que les médailles garderont leur saveur dans certaines disciplines où il n'y aura même pas trois athlètes en compétition !

Mais ne boudons pas notre plaisir de voir Hugo aller à des France, lui qui était si déçu de n'avoir pu être récompensé de ses efforts l'an dernier. Car sa place sur 3000 m, il l'a gagnée ! Le 12 septembre dernier, il a couru en 8'39''45 cette distance, améliorant au passage le record de la Manche, et frôlant le record de ligue; même sort pour le record du 1500 m le 7 octobre suivant, en 4'03''92. Une place dans les dix meilleurs cadets français (et une place sur la liste idoine) lui permet d'être qualifié, et il a de fortes chances de bien figurer. Car notre jeune demi-fondeur est diablement affûté ! Il était fin prêt pour le cross, et tout le monde sur le stade le voit aligner sans relâche des entraînements intenses, qu'il "avale" avec énergie et parfois courage : l'expérience de son entraîneur Fabrice BARBEY lui dicte des séances en rapport avec ses records, c'est-à-dire à un rythme hors de la portée de la plupart de coureurs même seniors !

Ce vendredi 19 février, c'est donc à partir de 18 h 10 que se dérouleront les trois finales de 3000 m, puisqu'il s'agit de "championnats Elite", et non de championnats jeunes. Pas moins de 45 athlètes ont validé leur inscription, et donc il va y avoir de l'ambiance sur l'anneau de 200 mètres ! La consultation des "starts-lists" (ou composition des finales, comme on dit en français) nous informe que Hugo courra dès 18 h 10 dans la finale C. On peut déplorer que le meilleur cadet au temps de référence (8'33''52 en janvier) est placé dans la finale B, alors qu'il est prévu (paraît-il ? Voir le forum du site fédéral) des podiums par catégories... Au moins ne seront-ils que onze au lieu de seize dans les deux autres courses. Quant aux niveaux respectifs des athlètes, difficile de savoir quel sera l'état de forme de chacun, sachant que certains ont un record personnel datant de 2019 sur 3000 m mais peu de performances plus récentes et sur d'autres disciplines; il y a même un concurrent qui n'a jamais couru de 3000 m en FFA !! En tout cas, Hugo retrouvera trois connaissances: Enzo MARIE l'espoir  Saint-Lois (avec un record en 8'36''97 et comme entraîneur affiché un certain... Fabrice GUEZAIS) et Guillaume RUEL, que beaucoup croisent régulièrement sur le stade, même s'il est licencié hors Normandie. Connu comme un spécialiste de niveau national sur le semi-marathon, ce dernier, auteur d'un récent 8'47''44, pourra à l'occasion servir de "lièvre de luxe" à Hugo ! Enfin Jules PEZIER le Haut-Normand sera aussi un indicateur précieux, puisque cadet et déjà adversaire de Hugo à plusieurs reprises.

Au total, quatre cadets inscrits, et Jules toujours derrière depuis plus d'un an, alors... On y croit !

 

 

Partenaires